Ville En Turquie/CITY IN TURKEY

Accueil » Annonces / Announcements

Annonces / Announcements

Publicités

CALL FOR PAPERS
Politics from below in Turkey and beyond
Paris, 1-2 December 2016.
Submission Deadline: 15 June 2016.

Gezi-korkan adamlar

The Centre for International Studies  at Sciences Po (CERI), together with the Consortium of European Symposia on Turkey (CEST), is delighted to invite paper submissions for a Symposium to be held from December 1-2, 2016 at Sciences Po in Paris, France.

The Symposium on Politics from Below in Turkey and beyond seeks to identify and discuss, in comparative perspective, the dynamics, effects and modes of « politics from below ». We use the broad wording “politics from below” in a heuristic fashion, in order to question classical definitions of the “political”. This framing aims to suggest different understandings of politics. Political science on Turkey and the wider region has long been dominated by top-down and macro approaches, addressing mainly national institutions, political leaders, public discourses and legislative productions.

However, sociology has shown that taking in account the implementation of policies by lower administrators, as well as their reception by citizens, challenges common perceptions of political processes. Anthropology has widely challenged the institutional and formal definitions of politics. Gender studies, as well as subaltern studies, have called for broader conceptions of politics. New conceptualizations have been proposed, like “infrapolitics” (Scott), “politique par le bas” (Bayart, Mbembe, Toulador), “vernacular politics” (White) or “low politics” (Bayat). Constructionist approaches have addressed the question from yet another perspective, suggesting that there is nothing “essentially” political, and that “the political”, on the contrary, is constructed and contested.

The aim of this symposium is to open up the very definition of “politics” and discuss multiple social practices whose “political” dimension is at stake. Approaching politics from below encourages us to question the shifting borders and conceptualizations of politics. The symposium therefore encourages several pathways: firstly, to get away from event-driven and institutional analyses of politics by giving more attention to the everyday and the ordinary; secondly, to analyze the multiple social uses of institutions and devices in general; thirdly, to account for a wider range of actors (not only “professional” politicians but also citizens, consumers, residents, lower bureaucrats or activists, street-corner shopkeepers, hackers, etc.) and a wider range of practices (registration, consumption, migration, gossip and denunciation, but also aesthetics, etc.).

How does taking in account politics from below challenge our understanding of power dynamics? “Politics from below” is easily equated with resistance, subversion or autonomy – especially in times of growing authoritarianism. However, politics from below does not necessarily mean contestation, and may as well consolidate domination. Do larger transformations impact politics from below? For instance, does growing authoritarianism lead to the politicization of social phenomena or to the contrary to depoliticization dynamics – may be both at the same time? Does neoliberalism impact ways of doing politics, for example fuel the informalization of politics? How does this dimension challenge our understanding of power dynamics in contemporary Turkey and beyond?

Abstract submissions should engage with one or several of the following themes:

1. Politics from below. A critical assessment
Which are the main conceptual debates on politics from below? What is the explanatory and heuristic power of concepts such as “infrapolitics”, “low politics”, “politique par le bas”, “vernacular politics”, etc.? Is politics from below a mere residue or does is challenge core meanings of power dynamics?

2. Informal politics
How is politics entangled in presumably non-political phenomena (personal networks, solidarity ties)? How does taking in account those dimensions alter our understanding of politics? To what extent do visible politics (party politics, state policies, etc.) rely on such informal networks and to what extent are they autonomous from them?

3. Transactions and negotiations
How are public but also organizational (party, NGO, etc.) policies implemented in practice? How can we analyze the multiple social uses of institutions and public policies? To what extent does a look at street-level bureaucrats or activists change our understanding of policies or politics? Which kinds of negotiations and transactions do institutional and formal policies give birth to? To what extent do these negotiations change the meaning of those initiatives?

4. Challenging the borders of the political. Politicization and depoliticization in practice
Which (new) areas are contested as a political domain – for example as spheres of public policy and contest? Do political cleavages get into new spheres of practice (economy, professional organizations, education, lifestyle, reproduction)? How do different actors reframe issues or actions as being political or not? How does the label of “political” impact the legitimacy of issues, actors or initiatives?

5. Contestation and the consolidation of hegemony.
What are the effects of these forms of politics from below – do they fuel resistance, accommodation or consolidate domination? How to assess the subversive dimension of politics from below?
We welcome applications from all fields related to the study of society and politics, with a particular interest in comparative work. We would also like to stress our interest in historical studies and a critical debate on the conclusions, which can be drawn from those historical cases for our understanding of politics from below today. Our regional emphasis is on Turkey and its region, but we welcome comparative or conceptual work from other world regions, as long as it promises valuable insights for our regional angle.

Applicants are invited to submit:
• an abstract of max. 300 words,
• a CV of max. 300 words,
• a full CV (table form) with publications if applicable.

The submission deadline is 15 June 2016. Please note that incomplete applications will not be considered.

Factsheet
Convenor: Elise Massicard
Who can apply: PhD Students, Post-Docs and academics. Advanced Master students may apply, if their proposal is based on fresh empirical work.
Submission deadline: 15 June 2016
Submission requirements: 300 word abstract, 300 word CV, publication list.
Submission mailbox: CESTSymposium@gmail.com
Expenses: Accommodation for two nights and travel expenses will be reimbursed. Travel expenses will be reimbursed according to the country of your institution, i.e. for Europe (incl. Turkey) up to 300 Euro.
Submission of papers: Draft papers will have to be submitted by mid-October.
Publication: We will support the publication of the best papers.
Successful applicants will be informed mid-July 2016.
Please consult Dr. Elise Massicard for further information: elise.massicard@sciencespo.fr

 


aislf univ citeres cnrs lorraine  
Appel à communication

Citoyenneté et Démocratie à l’épreuve des inégalités spatiales et des identités

Colloque, 2-3 Avril 2015, Université de Tours
AAC-colloque Citoyenneté et Démocratie

Les récents questionnements scientifiques sur la citoyenneté sont davantage centrés sur ses pratiques, ses expressions et ses significations quotidiennes que sur son caractère institutionnel et encore moins sur le statut juridique qui lui est lié en termes de droits et d’obligations (Neveu et al., 2011). Nous pouvons même avancer l’idée que la citoyenneté s’est progressivement déterritorialisée, de telle sorte que le lien étroit entre souveraineté territoriale de l’État-nation et loyauté politique est de plus en plus remis en question (Purcell, 2003). En effet, les références locales, l’appartenance à une communauté groupée autour d’un espace de vie à l’échelle infranationale peuvent changer le regard sur la citoyenneté, ébranler les fondements de la citoyenneté nationale au point d’en proposer de nouvelles formes d’expression. Plusieurs communautés citoyennes (minorités, groupes politiques, habitants d’un quartier, ceux qui se sentent exclus des processus de décision, etc.) ont commencé à revendiquer leurs droits culturels et politiques, à prétendre à une certaine visibilité dans l’espace public, à s’approprier l’espace et à investir les villes, par leurs pratiques socio-culturelles et leurs modes de vie spécifiques.
De plus, de nombreuses recherches interrogent la spatialité de la citoyenneté et ses expressions spatiales, par exemple en mettant au cœur de leur analyse l’espace urbain (Isin, 1999 ; 2009). David Harvey (2012) souligne dans ce sens combien les villes continueront à se trouver au cœur des luttes socio-politiques en raison des (in)justices socio-spatiales qui existent en leur sein. Dans ce cadre, le concept lefèbvrien de « droit à la ville » est souvent évoqué afin de penser la ville comme cadre d’expression de nouvelles formes de citoyenneté allant au-delà du cadre institutionnel. Le droit à la ville se nourrit également du concept de justice spatiale, et légitime pour les citoyens le refus de se laisser écarter de la réalité urbaine par une organisation discriminatoire et ségrégative. De ce fait, il pose les jalons d’une citoyenneté urbaine.
Depuis quelques années, on constate dans le monde une augmentation des inégalités internes aux pays à tel point qu’il n’est plus possible, loin s’en faut, de tenir pour un principe établi que le développement économique d’un pays doit nécessairement se traduire par une diminution des inégalités en son sein.
Ces fortes inégalités sociales internes aux pays, qui accentuent à n’en pas douter le sentiment d’injustice, vont de pair avec des inégalités spatiales très marquées, si bien que la ségrégation, exprimant l’existence d’inégalités dans une société gardant encore de sa cohérence et de sa cohésion, cède face à la fragmentation, voire à la ghettoïsation. C’est ainsi qu’aux États-Unis les « parias urbains » (Wacquant, 2006) vivent dans des espaces d’exclusion oubliés des pouvoirs publics, entendons de véritables ghettos urbains se trouvant dans un état avancé de délabrement et de misère sociale – cette dernière participant en outre d’une « économie » carcérale. 
En France, si la notion de ghetto fait débat, il reste que des recherches récentes ont montré à quel point se développent des processus de ghettoïsation, que ce soit par le bas comme dans les cités d’habitat social (Lapeyronnie, 2008 ; Boucher, 2010), ou par le haut comme dans les « beaux quartiers » de la bourgeoisie (Pinçon, Pinçon-Charlot, 2007) ou au sein des quartiers gentrifiés (Smith, 1996). Au regard des inégalités spatiales actuelles, il semblerait que l’un des intérêts du mot « ghettoïsation » est de ne pas figer la réalité observée tout en mettant en évidence des tendances radicales de concentration territoriale de la pauvreté à partir de dimensions spatiales, sociales, économiques, politiques, institutionnelles ou même ethniques.
Cela étant précisé, force est d’observer que c’est à l’échelle de la planète tout entière que se développent des formes accentuées de séparatisme territorial, dont les gated communities (Lelandais, 2014), les ghettos dorés et les bidonvilles en sont l’expression la plus forte (Paquot, 2009 ; Davis, 2006). Au regard des inégalités sociales se traduisant par des inégalités spatiales, il semble nécessaire de relativiser les rhétoriques transnationalistes mettant l’accent sur les processus de déterritorialisation (Marchal, Stébé, 2014) et sur la mobilité généralisée tout en nous efforçant d’analyser ces différents phénomènes dans une relation dialectique plus qu’exclusive (voir les travaux de A. Appadurai ou de J. Urry par exemple).
Dès lors, il n’est pas étonnant de constater que si certains observateurs mettent l’accent sur l’avènement, à l’échelle mondiale, sinon d’une classe moyenne mondiale (Dezalay 2004 ; Keck et Sikkink, 1998), du moins d’un mouvement de moyennisation du monde, d’autres insistent, à l’instar de Z. Bauman (2011), sur la dualisation du monde entre des « mondiaux » déterritorialisés et des « localisés » captifs. Quelles sont les répercussions de cette évolution sur la citoyenneté et les identités ? Contrairement à l’idée selon laquelle la mondialisation effacerait les spécificités identitaires, ne constatons-nous pas en réalité l’intensification du sentiment d’appartenance quant aux micro-identités ? De même, qu’en est-il du concept de citoyenneté mondiale ?
Ces interrogations sont également valables dès lors que l’on interroge le sens même de la démocratie en Europe. La déception à l’égard du politique est forte, si bien que l’engagement partisan semble loin pour des individus déçus, ou plutôt « indignés », par ce qui est alors perçu comme un autoritarisme insupportable des décideurs politiques. Partout dans le monde, des mouvements naissent en marge des organisations politiques traditionnelles, comme ce fut encore le cas très récemment en Turquie sur la place Taksim d’Istanbul, en Espagne sur la place del Sol ou au Brésil à Sao Paulo.

L’objectif de ce colloque, initié par le Comité de recherche CR 01 « Identité, espace et politique » de l’Association internationale des sociologues de langue française (AISLF), sera de nous interroger sur ces différentes perceptions et conceptions de la citoyenneté tout en la situant dans une approche spatiale. Il s’agira également de la situer à la croisée des questions identitaires (Marchal, 2012) et de débattre des effets sur la citoyenneté de la montée des identités subjectives (ethnique, culturelle, religieuse, sexuelle, sociale etc.) et des défaillances de la démocratie représentative dans nos sociétés actuelles. Par ailleurs, quelles que soient les pratiques de résistance, nous constatons qu’une grande partie d’entre elles émergent et sont exprimées dans l’espace urbain : la ville devient la scène par excellence des pratiques de résistances exprimées à des degrés divers par des individus, groupes sociaux ou communautés qui la composent. 
Ces dernières années, des résistances liées à de grandes mobilisations sociales et politiques, allant d’Occupy Wall Street aux Indignados, des révolutions arabes à la place Maidan en Ukraine, se sont déroulées dans les rues des grandes villes : elles ont fait émerger la voix de ceux qui se sentaient exclus des mécanismes de décision politiques et économiques et se sont positionnées de loin ou de près sur des problèmes urbains et plus largement sur la vie quotidienne des habitants.
Partant de ces constats, le colloque sera organisé sur deux jours, autour de trois axes majeurs :
- La citoyenneté au prisme des inégalités spatiales 
Cette session visera à interroger les processus de fragmentation socio-territoriale qui marginalisent des individus et des populations se sentant loin de la participation citoyenne. Plus encore, en quoi de tels processus peuvent conduire à faire de l’identité citoyenne non pas un support de sens mais bien plus un support de non-sens ? 
Les inégalités spatiales font l'objet de nombreuses recherches. Iris Marion Young part, par exemple, du principe que l'approche socio-économique est insuffisante pour définir l'injustice et les inégalités. Dès lors, il est question de s'interroger sur la reconnaissance et l'acceptation de l'altérité et de prôner des politiques attentives aux droits des groupes, non pas communautaires mais affinitaires (Young, 1990). Les inégalités spatiales trouvent d'emblée corps dans le concept de justice spatiale qui permet d'intégrer des nouvelles dimensions et échelles aux inégalités mais aussi à la citoyenneté. Qu'en est-il par exemple quand tous les citoyens n'ont pas accès à un environnement de même qualité ? Les mobilisations environnementales peuvent-elles être analysées en mettant en exergue le lien entre citoyenneté et inégalités spatiales ?
- L’identité vs la citoyenneté ?
Il s’agira ici de comprendre comment les conflits incitent les communautés à reconsidérer leur citoyenneté et à inventer de nouvelles pratiques qui lui sont liées ; comment ces résistances émergent dans des lieux ethniquement ou politiquement stigmatisés par différents types d’acteurs (institutions publiques, forces de police, médias, opinion publique, habitants des quartiers eux-mêmes). Nous nous interrogerons également sur les liens entre processus identitaires, lieux de vie et/ou de mémoire et citoyenneté. L’identité est-il une composante indispensable des expressions citoyennes et de la citoyenneté ? Peut-on considérer les identités comme une entrave à la citoyenneté ? Si on sort de la perception statique et institutionnelle de la citoyenneté, quels sont les lieux de son expression ordinaire par exemple ? Qu’en est-il des pratiques quotidiennes ? Quel est le rôle de la ville dans ces processus ?
Inversement, dans quelle mesure la ville est le théâtre d’une négation d’une citoyenneté globale suite à des revendications identitaires souvent excessives et, par extension, enclines à réduire l’autre à un non-autre, à un autre chosifié, réifié ? 
- La ville comme le lieu d’expression identitaire et d’invention de pratiques citoyennes
Cet atelier entend faire le point sur cette idée déjà formulée par Max Weber (1982) il y a un siècle selon laquelle « l’air de la ville rend libre », en tant que scène privilégiée d’expression politique. Comment ne pas penser également ici aux propos de Marcel Roncayolo (1997, p. 145-146) insistant avec force sur cette dimension : « Mais la ville, lieu de centralité, est également site privilégié de l'expression, de la diffusion des idées, de la lutte aussi ; capitale, elle organise les dominations comme elle couve les révolutions […]. La vie urbaine laisse enfin place à des organisations, formelles ou non, à des mouvements qui, sans participer aux affaires de la ville, parfois en marge, ont un enracinement et un champ d'activités urbains. Faut-il élargir la question à tous les mouvements sociaux, se demander dans quelle mesure, par exemple, le mouvement ouvrier, les actes collectifs de revendication, de luttes ou de violence prennent leur identité dans la ville ? ».
Au regard des événements politiques de ces dernières années ayant eu pour cadre d’action la ville, avec ses places hautement symboliques, il est question, dans le sillage des analyses de Weber, de revenir, avec un regard analytique, sur l’importance de la ville comme scène de lutte pour la liberté et la réduction des inégalités, que cette lutte soit collective ou individuelle, qu’elle soit politique, culturelle, symbolique ou encore économique.

Les propositions d’intervention, d’environ une page ou 500 mots maximum, en français ou en anglais, devront être envoyées le mercredi 30 Janvier 2015 au plus tard à l’adresse suivante :
colloquecitdem@gmail.com

Les droits d’inscription au colloque sont fixés à 20 Euros.

Les frais de déplacement et d’hébergement sont à la charge des intervenants.

Le Comité scientifique fera connaître les propositions retenues le 23 Février.

Comité scientifique :
M. Christophe BATICLE (Université d’Amiens)
Mme Hélène BERTHELEU (Université de Tours-CITERES)
Mme Sylvie BIJAOUI (College of Management Israël)
M. Pierre -W. BOUDREAULT (Université de Chicoutimi, Québec-Canada)
Mme Wanda DRESSLER-HOLOHAN (Université Paris 10 Nanterre)
Mme Gülçin ERDI-LELANDAIS (Université de Tours CNRS-CITERES)
M. Gabriel GATTI (University of the Basque Country)
Mme Ingrid Kofler (Université Paris-Descartes)
M. Denis JEFFREY (Université de Laval, Québec-Canada)
M. Hervé MARCHAL (Université de Lorraine, 2L2S)
M. Patrice MELE (Université de Tours)
Mme Françoise MONCOMBLE (Institut d’urbanisme français, Université Paris-Est)
Mme Catherine NEVEU (EHESS)
Mme Nora SEMMOUD (Université de Tours-CITERES)
M. Gilles VERPRAET (Sophiapol Université Paris-Ouest)
Comité d’organisation :

Gülçin Erdi Lelandais, chargée de recherche CNRS-CITERES
Hervé Marchal, maître de conférences-HDR en sociologie, Université de Lorraine, Laboratoire lorrain de sciences sociales (2L2S)


 



 
---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Appel à communications
Colloque international 
27-28-29 mai 2015
 
 
Aménagement des villes et mobilisations sociales du Moyen Age à nos jours
(Europe, mondes coloniaux)En mai 2013, une cinquantaine de riverains de la place Taksim à Istanbul décident d’occuper pacifiquement la place pour s’opposer à un projet d’aménagement induisant la suppression du parc Gezi et la construction d’un centre commercial. Le mouvement prend rapidement une ampleur nationale et est relayé par les médias occidentaux qui l’apparentent aux mobilisations de la place Tahrir au Caire (2010-2013) ou aux mouvements Occupy (Kuala Lumpur, San Francisco, Wall Street, Montréal, etc.). L’amalgame des mouvements sociaux urbains contemporains occulte leur complexité et ne permet guère au final de les comprendre. Comme l’urbanisme, les mobilisations urbaines ont une histoire probablement beaucoup plus longue qui mérite d’être convoquée en miroir des mouvements sociaux urbains de toute époque.
Ce colloque abordera les diverses formes de mobilisations collectives qui ont pris les villes de toute importance comme objet depuis le Moyen-Age, en Europe et dans les mondes coloniaux. A partir d’études de cas, fondées sur une enquête empirique qui mettra en valeur la diversité des corpus mobilisables, il s’agit de cerner les relations sociales qui s’élaborent au moment où divers groupes sociaux – dont il faudra définir les caractéristiques – voient l’espace matériel dans lequel ils s’inscrivent se modifier, ou quand au contraire, ils s’engagent en faveur de transformations alternatives. On veillera à contextualiser les notions utilisées, depuis « l’aménagement » jusqu’aux « politiques publiques » dont les protagonistes et les cadres d’expériences varient d’une époque à l’autre.Ces mobilisations peuvent prendre plusieurs significations (défense active ou résistance), emprunter plusieurs formes ou répertoires d’action (requêtes, pétitions, procès, occupations, rondes, manifestations, émeutes) et viser divers types d’aménagements urbains : alignements, dégagements, transports, circulation, construction, rénovation urbaine, assainissement, installation ou déplacement d’équipements divers (usines, cimetière, prisons, hypermarchés). Elles peuvent susciter des organisations ad hoc (associations, comités de défense) ou réactualiser des groupements antérieurs (corporations, syndicats). Enfin, elles sont prises en charge et animées par une grande diversité d’acteurs qui interviennent à des échelles variées selon leur horizon d’attente et leurs moyens d’action.
Déployé sur la longue durée, le colloque historicisera les résistances et les remises en cause de ce qui est souvent perçu, ou affirmé, comme un geste de « modernisation », et les communications identifieront et spécifieront différents modes de construction des actions, enjeux, groupes et espaces matériels impliqués, à la lumière des exemples développés. Il s’agira de mettre en valeur les dynamiques à l’œuvre et les intérêts et représentations partagés ou conflictuels qui président à ces mobilisations. L’approche par la dimension spatiale est légitimée par la manière dont les acteurs revendiquent la cause pour laquelle ils s’unissent : ils désignent un espace ou l’échelle locale comme l’enjeu de leur mobilisation. Pour autant, cet ancrage dans l’espace ne correspond pas nécessairement à une attache physique – résidence ou lieu de travail – et peut revêtir d’autres formes d’appartenance.
La comparaison entre plusieurs études de cas montrera la façon dont les populations envisagent ces transformations urbaines, entre attente et résistance, et comment ces mobilisations urbaines ont pris forme et utilisé un éventail d’arguments très riche (héritages urbains, modernisation, insalubrité, mal logement, appartenance locale) qu’il faudra rapporter aux réalités sociales et rapports de force politiques. On pourra également aborder les effets et les conséquences des mobilisations que ce soit directement sur l’objet de la mobilisation ou dans un rayon politique ou social plus large. A cet égard, on sera sensible à l’articulation des temporalités, décalage ou simultanéité entre mobilisation et élaboration ou mise en œuvre des projets.Si le motif explicite de la mobilisation semble inscrit dans l’espace circonscrit de la ville, la diversité des motivations qui dessinent plusieurs cercles d’acteurs critiquant ou contestant un aménagement urbain, revendiquant ou initiant des aménagements alternatifs, invite à aborder les mobilisations comme les formes locales, parfois occultées, d’une remise en cause plus globale des transformations sociales. Se pose à cet égard, la question de la signification politique de ces combats et le questionnement sera aussi l’occasion de donner de la consistance au « politique » et d’appréhender les différents contextes et les temporalités de la territorialisation des questions sociales.
Parmi les  angles d’analyse envisagés on peut citer : les interactions entre mobilisations et aménagements urbains, les usages des enquêtes, l’articulation entre mobilisations sociales et description savante ou médiatique, les formes du conflit ou de la négociation, l’analyse des groupes qui se mobilisent.
On écartera les propositions qui s’en tiennent à une simple instrumentalisation de la ville pour décrire une lutte sociale, la ville ne devenant qu’un cadre d’action (par exemple les révolutions de 1848 ou le printemps arabe). De même la question de l’articulation entre l’attachement au passé (à la forme ancienne de la ville et de ses sociabilités) et une éventuelle affirmation identitaire devra être documentée et analysée, et non simplement postulée.Le colloque privilégiera des communications inscrites dans une histoire sociale, attentive aux pratiques des acteurs de tous ordres, et qui ne s’en tiennent pas aux discours (des aménageurs ou des pouvoirs). Les circulations entre pratiques et idées seront bienvenues.En choisissant la longue durée, le colloque permettra de dénaturaliser la question de l’aménagement urbain qui s’inscrit toujours dans un contexte – qu’on pourra décrire à plusieurs échelles d’action et de décision – propre à chaque époque.Le colloque se tiendra sur trois jours à l’EHESS, Paris I, Marne-la-ValléeComité d’organisation :
Isabelle Backouche (EHESS-CRH), Annie Fourcaut (Paris I-CHS), Nicolas Lyon-Caen (CNRS-CRHQ), Nathalie Montel (Latts, Marne la vallée), Valérie Theis (UPEM-ACP), Loïc Vadelorge (UPEM-ACP), Charlotte Vorms (Paris I-CHS).Comité scientifique :
Thierry Allain (Montpellier 3), Sylvie Aprile (Université de Lille 3), Francesco Bartolini (Université de Macerata), Christoph Bernhardt (IRS Leibniz Institut für Regionalentwicklung und Strukturplanung, Erkner, Berlin), Patrick Boucheron (Paris I-LAMOP), Vanessa Caru (CEIAS-EHESS), Maria Castrillo Romón (Université de Valladolid), Olivier Chatelan (Larhra), Sylvie Fol (Paris I-Geo-Cité), David Garrioch (Monash University), Isabelle Grangaud (CNRS-IREMAM), Simon Gun (Leicester), Renaud Le Goix (Paris I, Geo-Cité), Susanna Magri (CNRS), Pierre Monnet (EHESS/IFHA), Vincent Milliot (Université de Caen-CRHQ), Frédéric Moret (UPEM-ACP), Hélène Noizet (Paris I-LAMOP), Fabrice Ripoll (Université Paris Est Créteil Val de Marne-Lab’Urba), Thibault Tellier (Université de Lille 3-Centre de recherches historiques du Septentrion), Danièle Voldman (CNRS).Les propositions de communications devront impérativement parvenir avant le 15 mai 2014 sous forme d’une page au maximum décrivant la problématique, le terrain d’enquête et/ou le corpus de sources utilisé.
Vous préciserez votre rattachement institutionnel et votre adresse électronique afin que le comité d’organisation puisse vous rendre réponse à la fin du mois de juin.À envoyer à Diane Carron, EHESS-Centre de Recherches Historiques
diane.carron@ehess.fr

Call for Papers: Workshop “BRIDGING DIVIDES: RETHINKING IDEOLOGY IN THE AGE OF PROTESTS” »

by Changing Turkey

Anti-government demonstrations worldwide have brought together individuals and groups that are conventionally unlikely to unite for a common cause mainly due to different ideological tendencies.  Turkey’s Gezi Park protests have particularly highlighted the role of youth, women, and sports in establishing unusual alliances between, for instance, Turkish and Kurdish nationalists or far left and far right groups in Turkey. They have also uncovered internal divisions within political Islam as Anti-Capitalist Muslims have played a leading role in the protests against the Turkish government.  This encourages us to ask (1) whether similar trends have been observed in other countries and (2) to what extent political ideologies have become obsolete in today’s politics and society. In brief, we are interested in learning how and to what extent ideological divides have been transcended during the recent anti-government demonstrations in different parts of the world such as Turkey, Greece, Egypt, Brazil, Europe, and the USA.

225879_527587997295853_652445811_n

Topics of interest include (this list is not exhaustive):

-youth participation in demonstrations (For instance, is the 21st century youth apolitical as is traditionally assumed?)

-the role of women and feminist movements in protest movements

-the role of sports as bridging and/or dividing protesters

-nationalist and political Islamist approaches to anti-government demonstrations

-Can we speak of the end or the revival of ideology in the context of protest movements?

-Is there a dialogue between the protest movements in different parts of the world? (for example, do Occupy movements spread through emulation?)

PhD candidates and scholars are welcome to present their theoretical and empirical findings on relevant themes.

This workshop will take place on 18 April 2014 at Oxford Brookes University (Headington, UK).

Please send your short summary (1000-1500 words) toChangingTurkey@gmail.com by 1st February 2014.

We will contact the selected speakers in mid-February.

ChangingTurkey.com will publish the short summary of accepted papers under the category ‘Discussion’.

 

https://i1.wp.com/www.isa-sociology.org/congress2014/img/banner_cong_2014_850-175-02.gif

Research Committee on
Regional and Urban Development, RC21

On-line abstracts submission : https://isaconf.confex.com/isaconf/wc2014/cfp.cgi

June 3, 2013 – September 30, 2013 24:00 GMT.
A direct submission link will be provided in due course.

If you have questions about any specific session, please feel free to contact the Session Organizer for more information.

CALL FOR PAPERS

Theme IV.1 Identity, Justice and Resistances in the Neoliberal City

Session Organizers
Gulcin Erdi LELANDAIS, Université de Tours, France, gulcin.lelandais@univ-tours.fr
Yildirim SENTURK, Mimar Sinan Fine Arts University, Turkey, yildirimsenturk@gmail.com

Session in English

Researchers like Lefebvre (1974), Harvey (2009) and Soja (2010) focused on the link between space and neoliberalism and consider the current urban policies as the spatialisation of neoliberalism and the reproduction of social and spatial injustice. We define neoliberalism as policies seeking to entrench market forms of relations in everyday practices. Neoliberal policies lead to the predominance of competition as a way of managing urban and rural spaces and/or in contrast to principles of redistribution which were upheld in earlier eras, and to the transfer of many authorities, that were typically in the hands of the state, to accountable non-state and quasi-state bodies such as corporations and non-governmental organizations (Fawaz, 2009). In this sense, the neoliberal restructuring of the urban space raises some questions about the meaning, the production and the appropriation of the space by those who structure it and those who lived in it. Lefebvre argued that the production of space not only manifests various forms of injustice but also produces and reproduces them, thereby maintaining established relations of domination and oppression (Lefebvre, 1974).

However, even in an age of neoliberal dominance, cities remain crucially important arenas of struggles in the name of social justice, radical democracy, popular empowerment, and the politics of difference (Brenner, Theodore 2002). The demand for an urban life based upon grassroots democratic participation and the satisfaction of social needs rather than the imperatives of private profit continue to percolate in many cities despite the neoliberal assaults of the last few decades.

Our objective by this session is to show the way in which different forms of neoliberal practices reflect themselves in cities spatially and highlight the possible forms of resistance developing against them, ranging from social movements to everyday practices of ordinary people including living-wage campaigns, anti-workfare activism, new forms of community-labor organizations, gender practices and survival strategies of evicted people after regeneration projects. As the neoliberal practices aim to produce their own spatiality, they inevitably lead to new forms of resistance. An adequate account of current urbanization needs to analyse these processes together. We are expecting to have a discussion on different forms of individual or group expressions – not limited to social movements or public mobilisations – which could be considered as a resistance aiming to propose alternative ways of life and/or organization against the neoliberal development of the city.


-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

CALL FOR PAPERS  Sociology of Islam (SOI)  Special Issue on the Gülen Movement (“Hizmet”) in Turkey and the World  Sociology ofIslam 

A peer reviewed quarterly journal published by BRILL (http://www.brill.com/publications/journals/sociology-islam<https://inside.loyola.edu/owa/redir.aspx?C=ki-92SzEDEmnn_so4yiH_P2Cs8Hoyc9IbydiCxOaOzc_GcnKYJqVXT5_5oQRuJI8-rjMA6lSHSc.&URL=http%3a%2f%2fwww.brill.com%2fpublications%2fjournals%2fsociology-islam>), plans a special issue on Turkey’s Gülen Movementto be published in October/November 2013 (Volume 1, Number 3).  Referring to itself as “Hizmet” (Service), the Turkish network of people and institutions also known as the “the Gülen Movement” (GM) aims to put into practice the teachings of Turkey’s most famous, and most controversial, faith-based community leader, M. Fethullah Gülen. Beginning in the late 1960s, the GM first emerged as a faith revival community whose attractants were inspired by Gülen’s applied articulation of Turkey’s most widespread twentieth century commentary on the Qur’an, the Risale-i Nur Külliyatı (TheEpistles of Light) - the collected teachings of “Bediüzzaman” Said Nursi. Expanding throughout the 1970s, many young people of Anatolia were attracted to Gülen’s blend of science and Islam, and of the Islamic faith and national Turkish identity. Taking advantages of political and economic reforms in the 1980s, the GM has since emerged to become Turkey’s most influential faith-based identity community, and has become a primary organizational player in education, mass  media,  trade, and finance. Its organizational network now spans over 120 countries, and its affiliates now control one of Turkey’s largest media conglomerates, a number of the country’s most globally linked companies, and approximately 1000 math and science-focused schools throughout the world. Moreover, in 1998 Fethullah Gülen moved to the United States, where he now resides in self-imposed exile in Saylorsburg. Pennsylvania. Since Gülen’s move to the U.S., loyalists in the GM network have expanded their operations in that country, and are now highly active in intercultural and interfaith outreach, commerce and trade, political lobbying, and charter school education. For these reasons, in addition to assessing the GM’s impact inside the borders of “the new Turkey,” this issue also aims to account for the ways in which the GM’s transnational activities both complement and contradict the network’s collective identity and mission.  Considering its emergence as a source of social power in Turkey, the GM is not without its critics. Since the early 1980s, many news columnists, public intellectuals, and politicians have regularly declared that the GM’s real aims are to slowly and patiently initiate an “Islamic” overall of the “secular” Turkish Republic. Not surprisingly, correlated with the GM’s organizational expansion throughout the world, are the emergence of similar criticisms in Australia, the United States, Holland, Russia, and elsewhere. As they do in Turkey, in many other countries GM affiliates must wrestle with sometimes legitimate, sometimes outlandish, criticisms of their ambiguous organizational strategies and apparently contradictory social, political, and economic aims. In response, GM actors both in Turkey and elsewhere have strategically presented themselves as nothing more than “selfless,” “service oriented” democrats, peace activists, and headstrong advocates for interfaith and intercultu ral dia logue. To spread this message, they have actively sought to publicize Gülen’s teachings to eager foreign audiences. Their primary strategy has been to sponsor and organize a number of academic conferences that have all led to book publications, which, in turn, have saturated the academic marketplace on the topic of the GM’s growth and impact.  In an attempt to fill a glaring void in the literature on the GM’s collective mobilization, this special issue of SOI hopes to attract well-researched scholarship whose author’s intend neither to promote/praise the activities of actors inspired by Fethullah Gülen, nor to demonize them. Rather, the intent is to publish a volume that contextualizes the GM’s impact from a perspective that foregrounds academic skepticism, critical sociology, and social movements. Original, empirically informed, research-based articles from any discipline are welcome, but papers whose authors focus on the GM from the perspective of social movement studies, political sociology/anthropology, and global political economy will be given priority.  Submission Information: The deadline for submissions is July 15, 2013. Length should be limited to 9000-10000 words including all notes and references (not including figures and tables). Because SOI follows a double blind peer-review process, authors should remove all self-references (in text and in the bibliography). Please include the paper’s title and the abstract on the first page of the text itself. Authors should submit a separate title page that includes full contact information. For initial submissions, all standard social science in-text citation and bibliographic forms are acceptable. All submissions will be evaluated upon receipt and, if judged appropriate, sent blindly to referees for review. Please direct questions and queries regarding this special issue to Dr. Joshua Hendrick (jdhendrick@loyola.edu<mailto:jdhendri ck@loyo la.edu>).  You can submit your article using the following website: http://www.editorialmanager.com/soi/default.asp

———————————————————————————————————————————————-

DANS LE CADRE DU PROJET ANR « MARGES URBAINES »

Politiques urbaines et production des inégalités socio-spatiales en Méditerranée à l’heure néolibérale :
Tendances de fond et évolutions en cours
Workshop n° 1 – Tunis – 28-29 mars OU 4-5 avril 2014
Responsables : Hend Ben Othman (IRMC, Tunis) – Olivier Legros (CITERES-EMAM, Tours)

Organisation du workshop
-Le workshop se déroulera en principe le 28-29 mars OU le 4-5 avril 2014 à Tunis. Il réunira une quinzaine de personnes parmi lesquelles : 6-7 personnes du groupement de projet ; 4-5 Tunisiens (chercheurs et/ou experts) ; 4-5 personnes extérieures identifiées à l’avance. D’autres personnes du groupement de projet seront par ailleurs pressenties comme rapporteurs, et pour rédiger les synthèses de cette première réunion du programme ANR.
-Les personnes désirant présenter une communication lors du workshop devront envoyer un résumé à Hend Ben Othman (bothman_hend@yahoo.fr) et Olivier Legros (olivier.legros@univ-tours.fr) avant le 30 juin 2013. N’excédant pas 5000 caractères (espaces compris), les résumés ou propositions de communication devront préciser l’axe choisi parmi ceux proposés, la démarche scientifique adoptée ainsi que le terrain investi par le chercheur pour ses enquêtes. Outre ces différents points, l’évaluation prendra en compte la pertinence des propositions de communication et leur apport, compte tenu des thématiques du workshop.
– Les résumés seront ensuite évalués et sélectionnés par le comité scientifique courant juillet 2013. Les auteurs dont la proposition aura été retenue seront avisés, par courrier électronique, avant le 31/7/2013.
– Les textes, dans leur version finale, doivent parvenir aux organisateurs avant le 31/01/2014.

POUR LE PROPOS SCIENTIFIQUE COMPLET DU COLLOQUE : Appel communications workshop Tunis 2014

———————————————————————————————————————————————————————————-

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :