Ville En Turquie/CITY IN TURKEY

Marges urbaines, résistances citadines

20170906_121353.png

FR/EN

Dans un contexte de mondialisation et d’urbanisation néo-libérale, les citadins ont souvent le sentiment d’avoir peu prise sur les décisions qui les concernent et touchent leur vie quotidienne. Cependant, loin d’être passifs ou anomiques, ils mettent en œuvre des stratégies — plus ou moins visibles, discrètes, éphémères — d’appropriation de l’espace, de défense territoriale, d’opposition ou de contournement. Nous postulons que ces actes ordinaires émanant des « subalternes » peuvent être qualifiés de résistance dès lors qu’ils nient, négligent, adaptent ou contestent les règles du jeu introduites par les acteurs dominants. Ce numéro de Cultures & Conflits propose une analyse des résistances à partir de terrains et d’acteurs diversifiés mais qui ont en commun d’être situés aux marges de la ville et aux marges de la société. Ici, la ville n’est pas un arrière-plan des résistances : lieu de déploiement des conflits, elle est également l’enjeu des luttes. Enfin, les contributions ouvrent plus particulièrement le débat sur la dimension subversive et contestataire de ces résistances ordinaires.

In a context of globalization and neo-liberal urbanization, city-dwellers often feel that they have little control over decisions which directly concern them and impact their daily lives. However, far from being passive or anomic, they use strategies of space appropriation, of territorial defense, of opposition and of bypassing—all of which are more or less visible, discrete, and ephemeral. In this special edition, we suggest that such ordinary acts emanating from “subalterns” can be qualified as forms of resistance as long as they refute, neglect, adapt, or contest the rules of the game established by dominant actors. Taking into account a diverse array of actors and contexts, this issue of Cultures & Conflicts proposes an analysis of resistances situated both at the margins of the city and at the margins of society. The city is not just a backdrop of resistance; the very space in which conflicts are deployed, the city itself is both a battleground and what is at stake. Lastly, the contributions brought together here engage directly in debates on the subversive and disobedient nature of such ordinary acts of resistance.

Dossier

Publicités

Housing Activism: Beyond the West

PRELIMINARY PROGRAMME

Venue: Södertörn University, Flemingsberg, Centre for Baltic and East European Studies (CBEES)

Rooms: MA796 & MB505

27 May 2016

9.00- 9.30 Registration (room: MA796)

9.30- 10.00 Introduction

10.00- 12.00 Session 1

12.00- 13.00 Lunch

13.00-15.00 Session 2

15.00-15.20 Coffee break

15.20-18.00 Session 3

18.00-19.40 Activist panel focusing on differences and similarities in housing activism in various non-Western contexts.

Room: MB505

The Committee of Defence of Tenants Rights (Komitet Obrony Praw Lokatorów) (Poland)
* A Város Mindenkié/The City is for All (Hungary)
*  Dikmen Vadisi Barınma Hakkı Bürosu/Office of Housing Rights in Dikmen Vadisi (Turkey)* Frente Popular Francisco Villa Independiente (Mexico) 

20.00 Conference dinner for paper givers

***

28 May 2016

9.00-11.00 Session 4

11.00-11.30 Coffee break

11.30-12.30 Keynote speech: Margit Mayer, Center for Metropolitan Studies:

“Housing struggles in the context of neoliberalization”

Room: MB505

12.30-13.30 Lunch

13.30-15.30 Session 5

15.30-16.00 Coffee break

16.00-18.40 Session 6

20.00 Optional conference dinner for paper givers

**SESSION PROGRAMME**

Session 1 Activism against Clearance and Displacement I                                                                                                                                                                     

Daria Zelenova   Housing activism and housing struggles in contemporary South Africa

                                                                                          

Juliana Canedo  Time to resist: housing struggle in Rio de Janeiro

 

Gülçin Erdi Lelandais  Reclaiming the City: The Resistance of Dikmen Valley against Urban Transformation in Ankara (Turkey)

 

**

Session 2 Alliance Building in Housing Struggles                                                                                                                                                        

Joanna Kostka and Katarzyna Czarnota  Resisting evictions: The case study of an alliance between the squatting movement and tenants’ association in the city of Poznań

 

Ngai Ming YIP  Housing Activism and coalition making in an authoritarian state – risks, opportunities and prospects

 

Bálint Misetics  The struggle for right to housing in Hungary

**

 

Session 3 Activism and Policy Making                                                                                                                                                 

Walter Imilan  Urban Indigenous Social Housing in Chile: Neoliberal multiculturalism?

 

Katalin Amon  Revanchism and housing rights activism in the Hungarian context

 

 

Anna Domaradzka & Filip Wijkström  Losers among winners? Housing activists as challengers in the field of housing policy

 

Miguel Angel Martinez   Political outcomes of housing movements: the case of the P.A.H. in Madrid

**

Session 4 Activism against Clearance and Displacement II       

                                                                                                                                                             

Katherine Brickell    Lotus-Wielding Activism: Intimate Geopolitics of Forced Eviction and Women’s Protest in Cambodia

 

Vasiliki Makrygianni   Moving populations and housing practices in Greece during a crisis era

 

Hade Turkmen       Studying Dynamics of Contention in Ongoing Urban Struggles

**

 

Session 5          From cooperatives to squats: Building housing alternatives against neoliberalism

                                                                                                                                                        

Andrea Aureli and Pierpaolo Mudu    Rightful subjects unlawful practices: re-conceptualizing long-term strategies and short-term emergencies beyond the state

 

Marta Solanas   FUCVAM: housing cooperativism, from the neighbourhoods in Uruguay to a counter-hegemonic alternative for other Souths

 

Klemen Ploštajner       The hardship of activism in the society of homeowners

**

Session 6 Repertoires of Action in Housing Activism

                                                                                                                                                 

Ana Vilenica, Ana Džokić and Marc Neelen   Contexts and forms of housing activism in Serbia today

 

Yewei HU   Between Politicisation and Commericalisation: Organizations of Homeowners and Housing Activism in China from 2005 to 2015

 

Lea Horvat  From loud to quiet: medial image of student housing activism in (Post-)Yugoslavia

 

Max Holleran Home Sweet Second Home: Residential Tourism at Europe’s Edges after the 2008 Crisis

 

Danseurs debout à Gezi Park : performance et contestation sociale

par Judith Mayer, l’Université Paris 13

publié sur The Conversation

 

Lors du soulèvement social de juin 2013 à Istanbul, suite au projet gouvernemental de raser le parc Gezi pour y construire une caserne à l’ottomane abritant un centre commercial, nombre de symboles ont fleuri, relayés en ligne et dans les médias du monde entier. Parmi ces représentations, la performance du chorégraphe Erdem Gündüz a fait date. Le 17 juin 2013, il reste immobile plusieurs heures place Taksim face à l’AKM (Atatürk Kültür Merkezi) – centre culturel et opéra, lui-même voué à disparaître au profit d’une nouvelle mosquée – avant d’être rejoint par d’autres contestataires silencieux, puis imité à travers le pays et même le monde au cours des jours qui suivent.

Ce geste, s’il ne traduit pas d’intention politique nette, s’inscrit dans la dynamique étudiée par Yves Citton dans son essai Renverser l’insoutenable. À cet égard, il convient de souligner l’importance de la visibilité en régime médiocratique (selon la terminologie d’Yves Citton) pour qualifier l’efficacité d’un geste ambigu par nature. En deçà du désir revendiqué par le danseur d’agir en anonyme, des tensions sont néanmoins à l’œuvre entre les artistes impliqués dans la lutte, qui rendent compte, face à la figure d’un pouvoir autoritaire, d’un paradoxe entre posture et imposture.

À l’origine, le mouvement #OccupyGezi

Le sit-in qui a mis le feu aux poudres n’avait d’autre ambition que de dénoncer la dégradation de l’espace public. Or, quand les quelques militants écologistes qui ont élu domicile dans ce petit parc séparant la place Taksim du quartier d’Harbiye ont été délogés manu militari le 28 mai 2013 et les jours suivants (les travaux avaient commencé le 27), des manifestations de plusieurs centaines de milliers de personnes s’ensuivent pendant une dizaine de jours à Istanbul, Ankara, Izmir et d’autres villes dans tout le pays, voire à l’étranger. Ce phénomène, étiqueté du mot-clé #OccupyGezi sur les réseaux sociaux, fait écho aux printemps arabes, aux mouvements Occupy Wall Street de 2011 et des Indignés en Espagne. Brutalement réprimées par les forces de police, ces manifestations font l’objet de traitements médiatiques contradictoires.

Aussitôt rapportées à l’international mais pas du tout évoquées dans les médias locaux, à l’exception notoire de quelques médias d’opposition, elles rencontrent une certaine écoute de la part du Président Abdullah Gül, qui déplore l’excès de violence de la police, avant d’être condamnées vigoureusement par le premier ministre, Recep Tayyip Erdoğan (devenu, depuis août 2014, Président à son tour). Il baptise les manifestants « capulçu », autrement dit « racaille ». En comparant les manifestants à des terroristes, en sollicitant ses propres partisans pour faire front face à leurs assauts (il affirme ainsi mobiliser un million d’électeurs pour descendre dans la rue en guise de soutien), Erdoğan compte rétablir non seulement l’ordre, mais aussi son image de chef d’État protecteur et paternaliste aux yeux de son vaste électorat traditionaliste. De fait, la foule des manifestants se compose de rejetons de la classe moyenne, diplômés, dont la moitié a moins de 30 ans.

Pendant deux semaines, le parc Gezi devient donc le bastion d’une résistance à la transformation de l’espace public, au sens propre comme au sens figuré : il s’agit de préserver la liberté de pensée et d’expression contre le musellement. S’il s’avère très vite que les revendications d’OccupyGezi (Direngezi, en turc), ne reproduisent ni celles du Printemps arabe ni la contestation anti-capitaliste dont elles semblent s’inspirer, elles traduisent la lassitude d’une frange de la population face à l’autoritarisme grandissant. D’emblée, l’humour et le détournement deviennent les instruments d’une rébellion intelligente non seulement par la maîtrise des échanges en ligne, mais surtout par une juste perception des effets d’amplification en jeu dans une société communicationnelle.

De fait, les manifestants s’approprient deux éléments caractéristiques de la mainmise du pouvoir : puisque CNNtürk a soigneusement évité de couvrir les événements de la nuit du 31 mai au 1er juin, en diffusant un documentaire sur les pingouins, le manchot devient un emblème de la résistance, au même titre que le terme çapulcu, décliné à l’envi dans les pancartes, les slogans et les photos de profil des usagers de Facebook et twitter qui revendiquent leur tendance « chapulleuse ». En outre, ils sont soutenus par bon nombre de professionnels de la publicité qui dédient leurs sites à l’événement et contribuent même à acheter, grâce à une levée de fonds bouclée en quelques jours, une pleine page dans le New York Times pour alerter l’opinion internationale.

Ainsi, les Chapulleurs bénéficient très vite de la bienveillance des pays occidentaux – opinion publique et gouvernements – et même du Maghreb où Erdoğan est en visite au cours des premiers jours de la révolte. S’il persiste à vouloir mettre fin au mouvement de façon autoritaire, faisant arrêter des centaines d’émeutiers, ainsi que des journalistes, cela signe aussi l’arrêt de la coupe des arbres. Le 15 juin, l’ensemble des manifestants est évacué. Le chef du gouvernement ayant interdit l’accès au parc et à toute manifestation sur la voie publique, il semble avoir repris le contrôle. C’est sans compter sur de nouvelles formes de résistance passive.

Le 17 juin 2013, à 18h…

« Duran adam » et l’usage des médias

Le 17 juin à 18h, Erdem Gündüz se poste sans préavis sur la place Taksim, entre la statue d’Atatürk et l’AKM, vêtu d’une chemise blanche et d’un pantalon noir, muni d’un sac à dos. Passant d’abord inaperçu, il est peu à peu approché par des badauds intrigués. Son sac est fouillé – probablement par des policiers en civil – mais comme il ne contient que de l’eau et des biscuits, nulle raison de l’interpeller. Une chaîne de télévision lui tend un micro, il ne répond pas. Aucune action ne peut donc être entreprise contre lui, puisqu’il se contente de stationner sans troubler l’ordre public. Il reste immobile et silencieux jusqu’à 2 heures du matin, rejoint entre-temps par des centaines de personnes, protégé par des chaînes humaines.

Le mouvement est cependant dispersé par la police à 2h ; Erdem Gündüz peut s’éclipser tandis que des dizaines d’autres personnes sont arrêtées. Or, en une nuit, le mot-clé #duranadam – « homme debout » en turc – est utilisé plusieurs dizaines de milliers de fois sur les réseaux sociaux, au point de susciter l’imitation du geste, dès le lendemain sur la place, où une jeune femme, les yeux bandés, fait mine de lire Kafka, puis ponctuellement dans différents lieux, partout au monde, en guise de soutien au mouvement. Guillaume Perrier, correspondant du Monde, estime qu’il a peut-être inventé une nouvelle manière de manifester.

Le génie de ce geste tient sans doute à une conjonction de plusieurs facteurs. D’abord, il est remarquable parce qu’accompli dans un lieu aussi chargé symboliquement que Taksim, où se situe le parc Gezi. Sur la place est érigée une statue d’Atatürk, mais aussi le centre culturel qui porte son nom, couvert d’une banderole à son effigie encadrée par deux drapeaux turcs, que contemple fixement le danseur, attirant ainsi le regard sur les valeurs incarnées par ces symboles républicains.

C’est bien sûr aussi la place où les émeutes ont commencé, mais également le centre névralgique de manifestations du 1er mai longtemps interdites suite à l’attaque des syndicats de gauche par les Loups gris d’extrême droite en 1977. Mais surtout, Erdem Gündüz dit avoir eu l’idée, alors que la place est redevenue calme, de se tenir exactement dans l’angle des caméras qui retransmettent aux chaînes turques l’image d’un lieu visiblement repassé sous contrôle. Le danseur, en jouant le grain de sable dans la mécanique, fait en sorte que son geste, aussi ténu soit-il, soit remarqué, capté par des objectifs, montré, relayé.

Rester debout

Cette démarche correspond tout à fait à la définition qu’Yves Citton donne du geste. Le chercheur estime en effet que l’idéal révolutionnaire des siècles passés ne s’applique plus aux sociétés contemporaines. Ce qu’il appelle « l’insoutenable » se caractérise par ce qui devient insupportable et inacceptable dans le fonctionnement capitaliste, qui suppose à la fois un asservissement physique à un système machinique et une grande concentration pour en éviter les inévitables dysfonctionnements. Pour enrayer un tel système, il suffit parfois d’une légère déviation. À cet égard, « duran adam » suscite l’exemplarité et la contagion.

Erdem Gündüz réalise un geste imprévu, très simple à reproduire et à comprendre, dont la typologie ne correspond pas au registre des actes d’insoumission (poing levé, marche, jet de projectiles, cris, pancartes…), dans un décor chargé de signification, et dont la représentation va devenir virale. En cela, il s’agit bien d’une création, d’une performance, en d’autres termes d’un happening. Il revêt dès lors le statut d’« hypergeste », « un geste qui réveille d’autres gestes ».

Même s’il se déroule toujours originellement au sein d’un espace particulier, le geste transcende donc cet espace grâce à sa force de propagation. Il est intenable, non seulement en ce qu’il ne tient dans aucun espace prédéterminé et tend à déborder toute frontière, mais surtout en tant qu’il conduit à reconfigurer l’espace même dans lequel il prend place :

Le geste n’est pas un simple déplacement spatial : il décide, libère, et propose une nouvelle modalité du « se mouvoir » […] Le geste de rébellion ne sait pas originellement quelle sera sa fin : il est moyen sans fin au sens où, en se propageant, il réveille d’autres gestes, et où c’est en gagnant de l’amplitude qu’il se détermine. […] Le geste se situe en effet à mi-chemin entre les fonctions réflexes, incorporées au plus profond de mes réactions motrices automatisées, et les processus de subjectivation qui questionnent mon identité et ma situation au sein du monde social.

Ainsi, Erdem Gündüz, qui s’est employé au cours de cette soirée de juin 2013 à ne rien faire et qui le revendique par la suite dans les médias internationaux (Spiegel, L’Express…) en répétant qu’il n’a lui-même aucune importance au regard de la violence et des manifestants morts pour la cause, il aura entretenu ce qu’Yves Citton appelle

une « insoumission sourde […], une [esquisse] de contre-conduite moléculaire à peine perceptible mais préparant le terrain à des renversements soudains de pouvoir ». En effet, « ce qui fait l’efficacité d’une contre-conduite est sa capacité à devenir geste, c’est-à-dire à transformer une pression individuelle infinitésimale en une pression médiatique potentiellement incontrôlable ».

En fait, par ce geste, et quel que soit finalement le déséquilibre dans le rapport de forces entre le pouvoir et la rue, le performeur a retourné la prise à son avantage, car il utilise le même canal que le chef de l’état dans la bataille des images, sans prêter le flanc à aucune déformation possible de son discours – ce qu’il prend bien soin de souligner par la suite en disant qu’il n’est pas politisé, qu’il préfère parler de danse, qu’il passe par la physicalité pour s’exprimer.

C’est précisément en « médiocratie » que la force du geste peut être entérinée. Désignant un régime pseudo-démocratique, la médiocratie s’inscrit selon Yves Citton sous le règne de la moyenne (moyenne des votes, moyenne des opinions, a fortiori médiocrité de la gouvernance), a contrario d’une démocratie qui donnerait vraiment les pleins pouvoirs au peuple ; ce néologisme détermine surtout des systèmes politiques régis par les médias, plus exactement le « système de circulation des images, des sons et des discours dans lequel nous baignons tous et que certains exploitent avec habileté ».

En somme, la performance d’Erdem Gündüz représente bien « un hypergeste […] au croisement d’une montée de pression et d’une médialité amplifiante » susceptible de conduire à un renversement grâce à la mobilisation générale. Le danseur se présente comme un humble rouage de cette mobilisation à grande échelle à laquelle il contribue, détournant l’attention de sa personne ; cependant, il s’est délibérément mis en scène.

Genèse du geste d’Erdem Gündüz

Plus étonnant, et de façon inexplicable, Erdem Gündüz n’a jamais avoué combien son travail est tributaire de celui d’une chorégraphe qu’il fréquente et connaît bien, Defne Erdur. Certes, pour singulier qu’il soit, l’acte de rester immobile n’est pas complètement nouveau dans l’imaginaire de la protestation en Turquie. Ariane Bonzon (journaliste de Slate), poste fin juin un tweet vers l’extrait d’un film de 1979 où l’acteur Cüneyt Arkin est à genoux, immobile face à la foule puis interpellé par la police.

Que la reproduction soit volontaire ou pas, c’est un signe supplémentaire de l’efficacité de ce geste sur les consciences. Quoi qu’il en soit, ce concept, appliqué par Erdem Gündüz, avait d’abord été expérimenté par Defne Erdur, qui avait prévu dès le printemps 2013 un cycle de performances mensuelles intitulé « in between prayers », consistant à « ne rien faire » dans différents lieux importants de l’espace public. Fin avril 2013, elle reste ainsi debout plusieurs heures devant le tribunal de Çağlayan, pour signifier d’une part l’importance d’une telle institution censée rendre la justice et d’autre part pour en éprouver les limites : au nom des principes démocratiques, n’es l’espace public à sa guise ?

Defne Erdur 4 heures debout devant le Palais de justice d’Istambul

Le jour où les émeutes de Gezi éclatent, elle comptait s’immobiliser face au parc en émoi, ce qu’elle annonce justement à Erdem Gündüz croisé en route. Pendant quelques dizaines de minutes, elle a tenu parole, mais les affrontements l’ont obligée à interrompre sa démonstration pour fuir les jets de gaz lacrymogène, de sorte que sa représentation est alors passée inaperçue, noyée dans la foule.

Dans la presse, seul Guillaume Perrier mentionne le nom de la chorégraphe dans un article du Monde daté du 23 juin, expliquant qu’elle est à l’origine du procédé. Au préalable, il souligne toutefois qu’Erdem Gündüz a refusé de prendre le premier rôle dans ce mouvement. Si ce dernier en refuse la paternité, il peut avoir jugé inopportun de faire allusion au travail de Defne Erdur. En outre, puisqu’il a fait l’économie d’un discours sur ce geste et qu’il revendique une action solitaire – ce qui évite toute tentative de dissolution d’un éventuel collectif – il pourrait sembler malvenu de mettre en danger ses confrères, d’autant qu’il a lui-même très vite eu mauvaise presse dans les organes proches du pouvoir.

Pourtant, c’est bien lui qui devient une icône dans les médias du monde entier, est en lice pour le prix Sakharov pour la liberté de l’esprit et reçoit le prix international des médias M100 à Potsdam en septembre. Il jouit donc d’une renommée mondiale qu’il n’a peut-être pas souhaitée, voire pas imaginée, mais c’est bien la rançon de son geste en régime médiocratique. En réalité, et malgré ses dénégations, il est porteur d’un geste qui ne peut pas rester anonyme, puisque le propre de la société des médias est d’en identifier les auteurs, à qui on prête une intention – et pas seulement un visage, un corps et un nom.

La loi du branding dans la lutte

Or, même s’il prétend le contraire, Erdem Gündüz, délibérément soumis aux lois du branding, en a recueilli les fruits : en se postant volontairement dans l’angle des caméras, il faisait nécessairement de son attitude une posture. Mais n’est-ce pas le prix à payer pour sortir de l’anonymat et espérer peser dans une lutte de pouvoir par définition déséquilibrée ? Quant à Defne Erdur, elle s’incline par la force des choses : il n’est pas question de faire dissension dans son propre camp au nom d’une quelconque propriété intellectuelle, qui contreviendrait au principe même de sa démarche. De fait, elle se trouve réduite au silence, moins par l’attitude d’Erdem Gündüz que par le fonctionnement même de la société médiatique qu’elle n’a pas exploitée aussi habilement que lui.

En fin de compte, Occupy Gezi a fait long feu et les artistes turcs se retrouvent à l’issue du mouvement dans une situation préoccupante, moins que jamais soutenus par le Ministère de la Culture, à peine quelques années après Istanbul 2010, Capitale européenne de la Culture. Aujourd’hui, le nombre accru de licenciements, d’arrestations et d’emprisonnement d’intellectuels et de journalistes menace considérablement les libertés publiques en Turquie, mais atteste aussi en creux de la puissance des créateurs, dont l’indépendance d’esprit s’avère dangereuse pour le pouvoir.

 

Solidarity with Academics for Peace: An Open Letter

The Disorder Of Things

Academic freedom and freedom for political dissent is under serious threat in Turkey. Following the publication of a statement signed by Turkish and Kurdish academics, condemning Turkish state violence against Kurds, 1,128 of the original signatories have been subjected to sustained attacks and threats from the Turkish state and fascist groups.

Erdogan

The Disorder of Things is proud to publish the following letter, signed by 1,211 academics, offering international support of those facing persecution in Turkey. This letter follows multiple statements criticising the Turkish state from research bodies and associations including, within the field of International Relations, ISA, EISA and BISA.

This is one of many such letters of international support for academics in Turkey. A comprehensive collection can be found here.

View original post 7 784 mots de plus

Journée d’étude : Formes d’engagement dans l’espace public

5 février 2016

vendredi 5 février 2016, 9h30 à 17h00, MSH Val de Loire, salle de réunion du 1er étage

Entrée libre

Programme

9h30 : Accueil des participants

10-12h30 : Débat sur les « Formes ordinaires de l’engagement et de la citoyenneté » Animé par Patrice Melé (géographe, CoST)

A partir des interventions de :

  • Valérie Cohen (sociologue, CoST), « Engagement et mobilisations en marge de l’emploi »
  • Catherine Neveu (anthropologue, Tram et CoST), « Développer le pouvoir d’agir dans des centres sociaux : dans le « cours ordinaire de l’action » ou dans des « actions extra-ordinaires » ? »

12h30-14h : Pause déjeuner

14-17h : Débat sur « Engagement, politisation et trajectoires militantes » Animé par Roman Stadnicki (géographe, CoST et Emam)

A partir des interventions de :

  • Joel Cabalion (sociologue et anthropologue, CoST et Ceias), « Régimes de dépossession et carrières militantes : la trajectoire d’un mouvement social indien »
  • Gülçin Lelandais (sociologue, CoST et Emam), « L’engagement et la politisation des habitants du quartier de Dikmen (Ankara) face à un projet de transformation urbaine »
  • Héloïse Nez (sociologue, CoST), « Analyser l’engagement par les trajectoires : politisation et empowerment des Indignados à Madrid

Télécharger l’affiche : Journée etude 5 fevrier 2016

Publication : Green vs Gray. Urbanizing Turkey

Edited by Gülçin ERDI LELANDAIS

Turkish Review

Urbanization and housing policies in Turkey have been transformed in a neoliberal fashion since the early 2000s. This has been accompanied by an abandonment of spatial planning to the benefit of the new competitive regionalism embodied in strategic urban planning with the objective of creating “brand cities.” Social policies in cities, the search for spatial justice fostering social diversity and support for disadvantaged populations are gradually being downgraded. The for-profit objectives of these policies also harm the environment and have caused many problems, including in health, public transport, mobility and housing. This current issue concentrates on Turkey’s approach to the environment and urbanization, which is also a vital global issue.

Nihal Durmaz sheds lights on Law No. 6306, concerning natural disasters and ratified in 2012, which plays a crucial role in the justification of the new urban transformation projects. Durmaz shows how environmental risks, especially of earthquakes, have been brought into debates in order to regulate urbanization and consolidate a neoliberal urban land regime under the Justice and Development Party (AK Party). Durmaz argues that the implication of environmental risks in the process of urban transformation feeds various social and economic concerns and goes beyond its remit of preventing disasters.

The current urbanization process in İstanbul has been far from perfect and resulted in a number of protests last years. Nezihe Başak Ergin brings an original viewpoint to this issue. Her article informs us that many campaigns have been organized in order to contest the forced evictions and demolitions caused by urban transformation projects in neighborhoods like Sulukule and Tozkoparan, the demolition of historical buildings like the Emek Movie Theater and Haydarpaşa Terminal and the implementation of large-scale urban development projects like İstanbul’s third airport, neglecting environmental concerns.

Gülçin Lelandais analyzes climate change policies in Turkey between 2010 and 2012 from an institutional perspective. The article shows that international institutions, transnational pressure and Turkey’s EU candidacy played an important role in the implementation of policy measures in this realm. The study argues that this process was motivated by a search for prestige rather than a real will in Turkey to adapt to the consequences of climate change.

Beatrice Kabutakapua’s article focuses on the multicultural dimensions of İstanbul, mainly in Tarlabaşı, and how it is affected by current urban planning. Her article depicts the transformation of this neighborhood as a gentrification project to socially and economically upgrade the area, which has been stigmatized as a criminal and unsafe neighborhood.

In this issue, Two Views includes interviews with EMBARQ Türkiye Director Arzu Tekir and Professor Korhan Gümüs from Mimar Sinan University, who address crucial topics in democratic and participative urban planning. Both emphasize the lack of collaboration with civil society and coordination problems within public administration, whether it is for sustainable transportation in cities or for urban projects like the transformation of Gezi Park and Taksim Square. The Last Word this issue is with “Ekümenopolis” director İmre Azem, who shares his thoughts on the changing face of İstanbul.

Last but not least a report by Terry Little and Mehmet Altıntaş draws attention to one of the main problems of İstanbul, exacerbated by the seemingly limitless urbanization: The traffic congestion and some suggestions to relieve it. This report is only available on the Turkish Review website: www.turkishreview.org

Urbanisation under Neoliberal Conservatism in Turkey

by Gülçin ERDI LELANDAIS

Originally published on researchturkey.org

Introduction

Since the Justice and Development Party’s (AKP) accession to power, urban development and transformation projects are undertaken in the country, restructuring dramatically social, political and cultural morphology of cities in Turkey.

Urbanisation and housing policies in Turkey since the early 2000s present some characteristics leading many researchers to qualify them neo-liberal. Much research, particularly Anglo-Saxon ones, highlights a progressive neoliberalisation in this area since the 2000s. This phenomenon results, according to geographers Marianne Morange and Sylvie Fol, on “the agreement of many cities to develop urban entrepreneurship in order to rise their attractiveness to face the international. It is accompanied by an abandonment of spatial planning to the benefit of the new competitive regionalism embodied in a strategic urban planning” (2014: 2-3). Social policies in the city and the search for spatial justice fostering social diversity and support for disadvantaged populations are gradually downgraded. This paper would discuss this process by analysing urbanisation process in Turkey especially during the AKP’s rule. The objective will be also to show the specificities of this neoliberal urbanisation nourished in some ways by the taste of AKP government for conservative way of life and Ottoman period.

Urbanization can be explained through to three historical phases; the period before 1980, the period between 1980 and 2001, and the period after 2001. The first phase corresponds to the beginning of urbanization in the 1950s, and it is clearly related to the high rate of rural migration (Öncü, 1988). This period is marked by the absence of public policy on housing. The housing question was never entirely addressed as a policy in the political agenda of changing governments, and housing needs was long-time managed by individual initiatives by constructing informing settlement called generally as gecekondusin Turkey (Türkün, 2011). As Kuyucu and Ünsal argue, “in the absence of a formal social housing policy, the informal market became the only mechanism to cater for growing urban populations. This particular solution to the “housing problem” was used extensively in Istanbul, where housing provision for low-income groups relied on the legalized appropriation of unauthorized land” (Kuyucu and Ünsal, 2010: 1483), resulting in the expansion of inner-city gecekondu areas. In Istanbul, this act of land taking was by no means legal, but was nonetheless sanctioned as it allowed the government to pass the costs and political hur­dles of urbanization on to the migrants themselves. In doing so, businesses were able to disregard hous­ing expenses when calculating labour costs and poli­ticians could tie votes to the provision of land alone (Lelandais, 2014). This arrangement was accepted as long as these new­comers provided themselves the needs for their own welfare like grow­ing food in their own courtyards and walking to jobs in nearby industrial factories. They were therefore able to reduce the costs of urban living. During the 1980s and 1990s gecekondus started to change owners in order to construct buildings, making possible for the first dwellers to increase their life standards.

The introduction of neoliberal economic rules started in Turkey during the 1980s. The control of the state was progressively reduced on markets and services under the rule of former Prime Minister Turgut Özal. In terms of anti-labourism and neoliberal centralisation of state power, Turkish government under Özal engaged in real shock therapy as its counterparts did elsewhere in Europe accompanied by an export-led growth strategy (Bekmen, 2014: 54). During the period between 1980 and 2001, economic development dominated Turkey’s public policy, and lead to the emergence of large-scale development projects such as the Southeast Anatolia Project (GAP), which involves the construction of 20 barrages and irrigation channels. This era was also associated with the development of building co-operatives and the introduction of larger building contractors within the housing market. During this period the Real Estate Investment Trusts were beginning to influence the housing market, and they identified inner-city gecekondu areas as potentially profitable sites. Before the rise of AKP, previous governments had not attempted to regenerate gecekondu areas, fearing a backlash from voters and subsequent electoral defeat[1]. This view was only changed by two major crises in Turkey, the first being the major earthquake of 1999 in the Marmara Sea close to Istanbul, which caused the deaths of 16,000 people and the destruction of 20,000 buildings. This was closely followed by the 2001 financial crisis that provoked a considerable political and economic change leading to the AKP.

Click here to read the whole article